La chronique de George, what else ?


George au Gala . . .

Avec l’arrivée du printemps coïncide chaque année le Gala droit. Et comme chaque année les mêmes problèmes se posent pour chacun d’entre nous, la taille de ceux-ci variant du simple au double selon l’importance que l’on accorde à cet événement ou selon le sexe de la personne qui se pose la question.

Prenons en exemple ma petite amie Ombeline. Généralement, pour les demoiselles, le Gala correspond à LA soirée qu’il ne faut pas louper. Cela peut aller du cavalier qui aura l’immense chance d’accompagner mademoiselle et de profiter ainsi de ses charmes au, bien entendu, choix de la robe. Pour certaines, la recherche de LA robe est une tâche qui est entreprise plusieurs mois à l’avance. Il s’agit en effet pour celles-ci de trouver LA robe parfaite, celle qui fera tomber bien des cœurs et les têtes des gentlemen présents à cette soirée ; mais il s’agit également de trouver la robe UNIQUE, celle que personne n’aura. Rien n’est en effet plus désagréable pour ces petits êtres fragiles que de se trouver en face d’une personne qui porte la même toilette. Plus encore lorsque cette personne fait partie du cercle d’amis…

L’après-midi, voire la journée entière du Gala pour celles qui en ont vraiment besoin (ou qui croient en avoir vraiment besoin) est bloquée et ceci pour une seule raison : coiffeur, maquilleur, esthéticienne et pédicure doivent pouvoir s’enchaîner en un timing qui pourrait donner des sueurs froides au meilleur ingénieur travaillant sur la navette spatiale. A côté de ce programme, la mission de sauvetage d’Apollo 13 fait figure de simple formalité…

Une fois ces formalités terminées, le plus dur continue. Ces demoiselles doivent pouvoir prendre une rapide douche sans rien transformer à leur toilette puis sauter dans leur robe sans froisser celle-ci. Puis survient la question existentielle pour toutes ces jeunes filles : pashmina ? étole ? boléro ? veste ?

Il convient de préciser qu’à ce stade de leur préparation, toute aide masculine n’est pas la bienvenue et est tout à fait superflue: « toute façon tu n’y connais rien ! ! ! » sont-elles capables de hurler avant de se regarder dans une glace et de maudire le coiffeur et la maquilleuse qui n’ont pas satisfait leur désir. Et même devant les remarques rassurantes de leurs cavaliers ou de leurs proches sur leur beauté irrésistible, ces demoiselles trouveront toujours un petit (ou un gros) quelque chose qui ne va pas tant dans leur tenue que dans leur apparence générale…

Prenons à présent un autre exemple: celui de la gent masculine. Pour ces messieurs, tout (ou presque) est plus simple. Le choix d’un costume se fait assez rapidement « Bonjour, je voudrais un costume sympa pour aller au Gala droit » suffit-il de demander à la jolie blonde préposée à la vente de chez Father and Sons ou de chez John Smith ou Ralph Lauren qui s’empressera alors de vous présenter le plus beau costume dont elle dispose dans son magasin. Tout pourrait être assez simple si, là encore, vous n’aviez la mauvaise idée d’y aller avec votre cavalière qui ne manquera pas alors de vous faire remarquer que le costume que vous avez choisi n’est pas dans les mêmes tons de couleur que la robe ou le sac à main de celle-ci, ou que mademoiselle préfère les cravates unies aux cravates rayées. Quel soulagement par conséquent lorsque, enfin, vous présentez votre carte bancaire à la jolie préposée à la vente qui vous donnera en échange du précieux code à quatre chiffres une housse portant les armoiries de la marque choisie et contenant le précieux costume immaculé…

Enfin, l’heure de départ a sonné. . . Vous, messieurs, vous préparerez et après un rapide coup d’œil satisfait dans le miroir de votre entrée prendrez les clés de votre voiture (une Aston Martin pour certains d’entres nous, une modeste Twingo pour les moins chanceux d’entre vous) et irez chercher votre promise . . . que vous allez sûrement devoir attendre devant la porte de son appartement pendant environ une demi-heure . . . Rappelez vous alors que le résultat en vaudra la peine, notamment quand tous les regards se tourneront vers votre partenaire et murmureront dans votre dos des compliments à son égard. Vous pouvez être le plus macho de tous les hommes, vous deviendrez alors subitement le plus attentionné de tous les gentlemen. Il est vrai que venir en compagnie d’un super-mannequin de Victoria’s secret aide beaucoup. . . (oui, depuis quelques temps, je suis obligé de faire des compliments envers Ombeline dans mes chroniques … C’est là le prix à payer pour continuer à raconter toutes ses manies et pour sauver mon couple).

Voici, pour finir, messieurs, quelques conseils utiles pour ne pas froisser votre partenaire d’un soir.

– Répétez lui à plusieurs occasions à quel point sa toilette est absolument divine et à quel point elle est époustouflante de beauté.

– Pendant le cocktail, vous vous devez de présenter, messieurs, votre si jolie cavalière à vos amis. Évitez cependant de vous la raconter en la présentant car vous n’attirerez pas l’attention des autres pour autant.

-À table, messieurs, vous êtes priés d’aider mademoiselle à s’asseoir et de tout faire pour qu’elle passe un bon moment. Evitez cependant de la mettre à côté du bellâtre blond que vous ne pouvez pas encadrer !

– Par ailleurs, n’oubliez pas que quelle que soit la beauté de votre voisine de table elle n’égalera en rien celle de votre partenaire, alors ne gaffez surtout pas ou vous risquerez de passer une soirée assez désagréable.

– Enfin, n’oubliez pas qu’en gentleman qui se respecte, tel le George que je suis, vous vous devrez de danser avec votre cavalière et la faire tourner d’ivresse au son de groupes extrêmement connu outre-atlantique dans les bars hype de New York tels que Hed Kandi1 ou Alec Carlsson interprétant son fameux « Paris fried chicken »…

Une chose est sûre en tout cas, vous quitterez le Gala avec une petite pointe de nostalgie en pensant aux quelques heures que vous avez passé en compagnie d’une partenaire charmante et d’amis vraiment exceptionnels et vous ne pourrez vous empêcher de vous dire  « on nous a vendu du rêve à l’état pur  » . . .

George C. what else ?

1 Je ne saurai que trop vous conseiller l’écoute de « Man in the mirror » (album Disco Heaven de 2005) ou de « Is it love your after ? (Garrett & Ojelay Remix) » (album back to Disco de 2011). Dans le même genre, l’excellent « Say say say (waiting 4U) » de Hi Tack mixé par Yuri Omneari au sein de l’album « les caves de Courchevel » est à écouter également… Orgasmes à répétition des oreilles assurés … Pour terminer la soirée, chez vous, en compagnie de mademoiselle, vous écouterez « Love lost (Keljet remix) » de The temper trap. Je vous en prie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :