Etudiants, bougez !!!

Vous êtes fatigués, déprimés, minés par des partiels qui n’en finissent plus de vous pourrir vos journées, vos soirées, vos nuits… Envie de voyage, d’ailleurs, et d’exotisme? Ça tombe bien, on est là pour ça !

Le thème de ce billet : LA MOBILITÉ ÉTUDIANTE

Pour vous, l’équipe de l’ATED Presse s’est renseignée auprès des spécialistes de la question*. Petit topo, histoire de vous informer et de faire tomber certains clichés… mais surtout : vous donner envie de vous lancer dans l’aventure !

Sachez tout d’abord que vous avez beau être inscrit(e) à l’Université François-Rabelais, prendre un semestre ou même carrément un an pour vous, et rien que pour vous, à l’étranger… c’est possible, et sans être pénalisé, bien au contraire ! Alors c’est certain, vous serez séparé(e) de vos potes, vous ne suivrez plus les cours passionnants de vos profs habituels, et vous ne goûterez plus pendant quelques temps aux joies de la BU bruyante ou du RU bondé (et inversement).

PIRE : cette bonne vieille ville de Tours vous manquera (si si).

Mais rassurez-vous, ces détails sont d’infimes désagréments lorsque l’on songe à tout ce que vous pouvez espérer gagner d’un séjour à l’étranger (universitaire ou non – cf ci dessous avec Les Homards). En premier lieu, c’est incontestablement l’expérience du dépaysement : langue, culture, habitants, aménagement des espaces… les différences ne manquent pas, et assurément, vous n’y serez pas indifférents !

Viennent ensuite tous les changements relatifs au système universitaire lui-même, que vous aurez à intégrer pour optimiser votre séjour. C’est sans doute impressionnant quand on y pense, mais gardez à l’esprit que vous ne serez pas seul(e), il y aura toujours quelqu’un pour vous accompagner dans vos démarches, vous conseiller et vous éviter ainsi de perdre pied; et surtout, dites-vous que d’autres avant vous (et après vous!) auront tenté… avec succès !

Nous vous proposons de découvrir les modalités de deux programmes mis en place à l’Université François-Rabelais de Tours (www.univ-tours.fr, rubrique INTERNATIONAL). Mais pas seulement ! Car il existe d’autres possibilités, si vous avez de l’audace, et – un peu – le sens de l’organisation…

  • MOBILITÉ VERS L’AMERIQUE DU NORD

Un séjour universitaire à l’étranger se prépare longtemps, très longtemps à l’avance… Ainsi, pour les étudiants qui souhaitent partir un an (ni moins ni plus) aux États-Unis, ou au Canada ou encore, au Québec – cf lien pour la liste des universités partenaires infra – courant août-septembre de l’année N, il convient de compléter un dossier (à récupérer auprès du Service des Relations Internationales) puis de le retourner à ce même service à compter du mois de novembre de l’année N-1 (deadline: mi-janvier de l’année N).

Que vous demande-t-on concrètement ? C’est plutôt simple : d’avoir un intérêt pour la langue (ici, l’anglais), un niveau global « raisonnable » (et non, on ne parle pas d’anglais ici, mais bien de votre niveau en Droit !), et, tout de même, le niveau nécessaire en langue pour suivre les cours qui vous seront dispensés mais aussi pour pouvoir vous débrouiller un minimum au quotidien !

La première des choses à faire lorsque vous remplissez le dossier, c’est naturellement de sélectionner parmi les universités proposées sur le site de la fac, celle qui vous fait rêver… A un détail près : sélectionner votre université d’accueil suppose un choix basé sur des critères qui portent tant sur la nature des cours dispensés que sur des critères géographiques (un campus en centre-ville, ce n’est pas tout à fait la même chose qu’un campus excentré…). Ainsi, vous en viendrez à inscrire deux établissements partenaires minimum sur votre fiche de vœux.  Attention : cette pré-sélection n’est en aucun cas définitive, puisqu’elle sera suivie d’un voire  de plusieurs entretiens courant février-mars. Dès cet instant, vous êtes sûrs de partir (ces entretiens sont donc capitaux).

Nota bene : petite particularité pour le Québec, les dossiers de candidatures sont à envoyer directement aux universités vers la mi-février de l’année N et la commission qui les étudie peut avoir lieu à tout moment (ce qui peut rendre la suite plus ou moins aléatoire).

Ensuite, il vous faudra patienter trois ou quatre mois, le temps  de vous organiser, – de terminer l’année, accessoirement – et d’obtenir votre visa, ou permis d’études s’agissant du Québec (si les conditions d’obtention sont satisfaites – il vous appartient donc de vous rendre en mairie au plus tôt pour avoir un maximum de renseignements). Le planning classique veut que votre réinscription à l’Université de Tours se passe en juillet de l’année N, et idéalement que vous passiez les deux mois d’été à travailler, histoire de mettre un peu d’argent de côté (notez bien que les départs se font généralement entre le 8 août et le 1er septembre… Ça va très vite !).

Les finances, justement, on vous en parle. Alors non, on ne vous demande pas d’être riches comme Crésus pour accepter de vous envoyer en Amérique du Nord, simplement vous devez être en mesure de vous assumer financièrement une fois sur place. La première bonne nouvelle, c’est que, ayant procédé à votre inscription à l’Université François-Rabelais, vous ne payez pas les frais d’inscription de votre université d’accueil. La deuxième bonne nouvelle, c’est bien entendu la mise en place d’aides financières, qui ont vocation à vous donner un réel coup de pouce côté $$$$ (cf infra). Question logement, le Service des Relations Internationales peut vous mettre en relation avec le campus de la fac directement (s’il s’agit d’une fac en centre ville) ou avec des organismes spécialisés. Mais une chose est sûre : vous ne serez pas à la rue !

A l’issue de cette année universitaire, vos notes (car oui, vous demeurez sous l’emprise de l’évaluation – en contrôle continu ou non, selon les universités) sont transmises directement au Service puis aux professeurs responsables des filières, avec qui vous aurez établi votre contrat d’études (votre « passeport » pour compléter l’année à l’étranger). Selon les filières, les notes obtenues outre-Atlantique peuvent subir des ajustements. Mais les statistiques vous sont favorables : valider votre année là-bas, c’est quasiment valider votre année ici (en Doit en tout cas). Tout dépendra d’un jury, qui vérifiera que votre contrat d’études a été rempli ou non. En très très gros, ça veut dire que, entre les sightseeing et autre parties, il vous faudra bosser un minimum quand même… :p

Pour vous renseigner sur les accords intra-universitaires :

http://www.univ-tours.fr/international/nos-accords-en-amerique-du-nord-33573.kjsp?STNAV=&RUBNAV=&RH=ACCUEIL_FR

Pour plus de détails sur les aides financières, téléchargez les documents (PDF) accessibles ici :

http://www.univ-tours.fr/international/les-aides-financieres-a-la-mobilite-internationale-28806.kjsp?RH=1179489764197&RF=1179843043207

  • ÉCHANGES ERASMUS

Un timing assez similaire au précédent est de mise. Consultez la liste des universités partenaires sur le site de la fac puis glanez toutes les infos que vous pouvez sur les sites respectifs des universités susceptibles de vous intéresser. Faites un premier tri : quels pays en Europe ? Puis, quelles universités ? Vérifiez attentivement les cursus proposés, de sorte que votre pré-sélection portera sur des choix pertinents, qui correspondent à vos projets d’études, vos projets professionnels, bref, des choix qui vous ressemblent. Vérifiez également, très scrupuleusement, les dates butoires pour vous pré-inscrire dans les universités pré-sélectionnées (sachant que l’inscription se fait, ici encore, à l’Université de Tours donc pas de frais d’inscription à régler auprès de votre université d’accueil).

N’hésitez pas à contacter le responsable des échanges à la faculté de Droit, M. Thibault, très rapidement (avant la fin du premier semestre de l’année N-1 si vous souhaitez partir au premier semestre de l’année N, ou toute l’année N). C’est lui qui vous renseignera sur le nombre de places à pourvoir. S’il accepte de vous faire partir, le Service des Relations Internationales intervient alors pour le montage des dossiers financiers, le fameux Livret Erasmus ou Livret d’Études (disponible courant mars de l’année N).

Vous pouvez bénéficier de deux aides cumulatives, en fonction de certains critères. L’une provient de la Région Centre (aide Mobi Centre, d’environ 260 euros par mois), et l’autre consiste en l’aide « Erasmus études » à proprement parler (de 160 euros par mois). A ces deux aides, vous pouvez selon les cas ajouter l’Aide à la Mobilité Internationale, versée par le CROUS aux étudiants boursiers (mais que vous devez récupérer auprès du Service des Relations Internationales).

Soyez extrêmement vigilants pour tout ce qui concerne les virements (de vos proches ou des organismes mentionnés ci-dessus) : vous ne pouvez pas ouvrir de compte à l’étranger, donc des frais de virement s’appliquent. En outre, s’agissant des aides, elles ne sont versées qu’à compter du mois de novembre – voire décembre – de l’année N. Il vous faut donc être capable de vous assumer ENTIÈREMENT pendant au moins deux bons mois. Alors soyez prévoyants !

L’étudiant s’occupe lui-même de trouver son logement dès acceptation de son dossier. Attention à bien effectuer vos démarches auprès de votre assureur : pensez notamment à prévoir l’assurance rapatriement (devenue obligatoire depuis peu).

Le timing est un peu différent lorsque vous planifiez votre départ au second semestre (janvier de l’année N+1, donc). En réalité, ce n’est pas tellement à vous que revient le choix de partir à telle ou telle autre date : c’est le professeur responsable de votre filière qui en décide courant mars-avril de l’année N. Votre Livret d’Études est à retourner au Service avant les vacances de la Toussaint pour être traité, puis il vous revient en principe avant les vacances de Noël.

Notez bien que le refus d’un dossier s’explique le plus souvent par un non respect des délais ou de la non obtention d’un visa, et non en raison de votre niveau (cela dit, rien n’empêche d’en discuter avec le responsable des échanges pour être définitivement fixé – et rassuré…). Pour les frileux en langues, une solution – express – existe : l’Agence nationale propose des programmes intensifs appelés « Cours Ciel » , qui vous sont dispensés à l’université d’accueil un mois avant le départ initial (votre départ se voit en conséquence avancé d’un mois si vous décidez de suivre ces cours… pas négligeable, en somme !).

Enfin, sachez que c’est le Service des Relations Internationales qui assure le suivi du Livret Erasmus (la partie administrative de votre séjour), tandis que l’évolution de votre parcours universitaire à l’étranger (partie pédagogique) est suivie de près par votre responsable de filière. Là encore vos notes sont transmises au Service puis retranscrites.

Dernière chose : un étudiant ne peut partir à l’étranger qu’une seule fois (selon les modalités décrites ci-dessus).. même si ce n’est que pour un semestre. Une seule fois certes, mais une fois tout de même, alors on ne vous le répétera pas assez…Saisissez cette chance !

  • Et les autres…?

Vous êtes étudiant(e), mais vous n’aspirez qu’à vous libérer de ce statut, des contraintes qui y sont attachées le temps d’une année… Alors, pourquoi ne pas prendre une année sabbatique comme nos amis Léonor (ex VP Coordination de l’ATED) et Marc ?

Nouvelle-Zélande, Australie : les deux amoureux en rêvaient depuis longtemps. Fraîchement mariés, ils ont tout mis en œuvre pour organiser un superbe road-trip dont ils rendent compte au quotidien – ou presque – sur leur blog : http://www.leshomards.fr .

On vous laisse y faire un tour. N’hésitez pas à leur faire part de vos commentaires ! Surtout si l’envie vous prend de les imiter … On ne saurait que vous y encourager :)

* Ces spécialistes ne sont autres que les responsables du Service des Relations Internationales de Tours, que nous remercions ici pour leur accueil et leur disponibilité !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :