Le dressing.

Cette année, j’ai pris comme résolution de ne plus dire de mal des filles en général et de ma copine Ombeline en particulier. Cependant, je dois bien avouer que j’ai craqué il y a quelques jours, lorsqu’elle m’a demandé de lui rapporter son petit pull en cachemire couleur gris éléphant de son dressing …

Etant un parfait gentleman (ou tentant de l’être !), j’ai laissé de côté mon bol de miel pops et la page sport du Figaro. Je profite de ces quelques lignes, messieurs, pour vous avertir. Il existe deux choses importantes pour les filles: leur sac à main et leur dressing (éventuellement en troisième position, leur copain ou leur carte bleue …). Ne touchez jamais au sac d’une fille, vous risqueriez de déclencher un conflit qui ferait passer les deux guerres mondiales pour un simple malentendu. Quant au dressing, il suffit de l’ouvrir pour aussitôt le regretter …

Toute fille qui se respecte se doit en effet de posséder un dressing dont la superficie suffirait à pouvoir loger une famille de six personnes de manière tout à fait convenable. Celui d’Ombeline ne déroge pas à la règle, celle ci ayant par ailleurs absolument tout classé par type de vêtements, matière, couleur, saison. Autant dire que la description du petit pull en cachemire couleur gris éléphant ne suffisait pas. Et à quoi pouvait bien ressembler une couleur « gris éléphant » ? Rien que dans la pile des pulls en cachemire, il y avait trois gris différents, sans parler de la longueur des manches ou de la forme du col.

C’est à ce moment là que je me suis demandé ce qui pouvait bien pousser les filles à acheter sans cesse des vêtements ou des chaussures et comment elles venaient à considérer le fait de ne jamais en avoir assez. J’ai pris le premier pull qui venait, priant intérieurement pour que ce soit le bon, et ai rejoint la jolie brune qui ne s’était pas étonnée de mon absence de plus de vingt minutes.

Pourquoi les femmes en général (et Ombeline en particulier !) aiment donc tant les vêtements ? Là où tout homme se contente au grand maximum de quatre paires de chaussures, quatre jeans, trois costumes , quatre pulls et huit chemises, la femme possède trois fois plus de vêtements (au minimum!). Combien de fois n’avons nous pas entendu une fille s’écrier, horrifiée, « tu plaisantes j’espère ? je ne peux pas sortir au restaurant comme ça ! » ou bien « j’ai déjà mis ces vêtements la semaine dernière ! et si quelqu’un me voit avec les mêmes fringues, tu y a pensé ? » Pour être honnête, non pas vraiment … Mais cela ne m’empêche pas de dormir pour autant.

L’exemple le plus frappant est celui du jean. Apparemment, le jean serait l’élément clé de toute garde robe féminine, la base autour de laquelle se construisent les différents ensembles. Autant dire que là où pour un homme, deux jeans suffisent largement (un pour laver l’autre !), dans l’esprit merveilleusement complexe et névrosé des femmes, les jeans sont plus que des jeans. D’où la nécessité absolue d’en avoir plusieurs.

Ombeline m’a ainsi fait une liste (non exhaustive !) concernant le port du jean. Il y a ceux adaptés aux sorties dites « mineures » tel que aller à un partiel à huit heures du matin, faire les courses ou rester chez soi tranquillement un dimanche pluvieux. Dans une seconde catégorie viennent les jeans que l’on peut porter pour les « occasions spéciales », i.e. les sorties où les autres personnes (sous entendre les autres filles) ne manqueront pas de remarquer la marque. Cela sous entend par la même occasion qu’un tel pantalon ne saurait être porté qu’avec un débardeur sur lequel le logo Chanel s’expose de manière ostentatoire et visible à 500m de nuit par fort brouillard. Enfin, il y a les jeans de saisons, les épais pour les hivers, accompagnés des bottes adéquates, ou les fins pour trainer sur le port d’Arcachon, en sandale, pendant l’été.

Bien entendu, mais cela elles ne l’avoueront jamais, les filles disposent également de leur « fat » jeans en cas de prise de poids inopinée ou de leur « skinny » jeans, en cas de perte de poids également de manière inopinée. Et quid de leur jeans pour sortir les poubelles ou laver le chien ?

Avec le temps, Ombeline a cependant réussi à m’apprendre la bonne réponse à la question fatidique que toutes ont déjà posé: « tu me trouves grosse dans ce jean ? » (à noter que la réponse à cette question n’est pas forcément valable pour les questions suivantes: tu aimes ma nouvelle robe ? je t’ai manqué hier soir ? tu m’aimes ? je vous laisse compléter cette liste …) C’est ce que l’on appelle des questions à choix unique, grande spécialité de la gente féminine. Tel un animal lâché en pleine jungle, sachez messieurs qu’il vous faudra alors développer un certain instinct de survie vous permettant de répondre comme il faut tout en évitant de vous prendre l’iceberg de plein fouet.

Par la même occasion, j’ai appris avec le temps à ne plus demander à Ombeline pourquoi elle avait besoin d’autant de vêtements (ne récoltant qu’un lever des yeux au ciel et un petit sourire entendu) mais plutôt à lui demander simplement « pourquoi ne mets tu pas ce nouvel et magnifique ensemble pour aller diner ce soir ? » J’ai ainsi appliqué cette méthode à l’ensemble de la garde robe de ma copine, pour le bien de notre couple notamment. Et je dois bien avouer n’avoir rien à redire lorsqu’elle me montre la nuisette en satin noir achetée la veille dans le magasin Victoria’s secret …

George C.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :